Actions

Work Header

Les Interdits du Monde d'Hellë

Chapter Text

Aiko se passa de l’eau sur le visage, puis agrippa les bords en bois du lavabo et se regarda dans la glace. Elle ferma les yeux un instant en essayant de respirer profondément et calmement, afin d’avoir l’esprit clair pour pouvoir faire ce qu’elle devait faire aujourd’hui. Après sa nuit avec le loup et ce qui avait été dit et fait, elle n'avait pas d'autre choix que d’aller avouer la vérité à la renarde, surtout que celle-ci l’avait chopée sur le retour. Et même si sa féline semblait prête à la tuer si elle décidait de s’éloigner du loup, c'était le marché qu’elle avait passé avec sa chef. Or, Aiko était peut être imprudente mais elle était une femme d’honneur. Alors quand elle faisait une promesse, elle la tenait.

Cependant, pour l’instant, sa discussion allait devoir attendre car son petit frère au parfum inhabituel venait de se réveiller et Aiko avait des questions à lui poser.
Elle se retourna avec un air sérieux sur le visage bien que son regard était doux, et croisa les bras sur sa poitrine en regardant la jeune panthère qui, clairement, évitait le sien.

San s’étira, puis pinça les lèvres et déglutit avant de geindre en rougissant.

_ “ Avant que tu dises quoi que ce soit, je tiens à préciser que je l’avais pas du tout prévu, et en plus il s’est rien passé !

_ Rien passé, hein ? Pourtant t’as son odeur partout sur toi, San…” Répondit la jeune femme en décollant ses hanches du lavabos pour rejoindre le lit de son frère. Elle s'assit lentement sur celui-ci puis lui sourit. “ Tu me racontes ?”

San rougit de plus belle, ce que sa grande sœur ne pût s’empêcher de trouver adorable puis grogna.

_ “ Je ne vais pas te donner les détails non plus, c-c’est ma vie privée...mais...” dit-il en s’arrêtant et Aiko sentit le cœur du mineur s’affoler, ce qui lui fit froncer les sourcils.

_ “ Mais quoi San…?” Le concerné prit une courte inspiration puis leva les yeux au ciel, comme pour s’empêcher de pleurer et dit, avec précaution.

_ “Il a dit qu’il avait hâte d’être à la fête du printemps pour..pour me faire sien.”

A ces mots, un silence conséquent tomba sur la hutte des deux jeunes et San soupira en baissant la tête. La jeune femme sentit son coeur se serrer atrocement en constatant l’état de son petit frère et dut se retenir de laisser paraître sa propre détresse. Au fond d’elle, elle comprenait très bien ce que la jeune panthère devait traverser, car la fête du printemps était un moment très intime pour les métamorphes, durant lequel l’envie d’avoir un partenaire était à son comble. C’était le moment de l’année où ils étaient les plus vulnérables, alors qu’un loup lui ait annoncé vouloir le faire sien durant cette période...ça devait le chambouler. Se forçant à ne pas penser à quel point elle voulait que le loup noir la rejoigne pendant cette fête, la jeune femme prit la main de son frère et en caressa le dos doucement de son pouce.

_ “Ecoute San, je ne vais pas te faire le même discours que Wheein parce que ce serait la chose la plus hypocrite que je puisse faire, alors je vais juste te dire ça.” Elle prit une courte inspiration, pour paraître forte et confiante face à son frère, car il avait besoin de sa grande soeur, pas d’une jeune femme apeurée et souffrant d’un mal de coeur, puis dit d’une voix douce en serrant sa main.

_ “ On vit dans un monde où les autorités nous interdisent de s’unir et de s’accoupler avec l’espèce à laquelle appartient Wooyoung, ça tu le sais. Cependant, ils ne nous interdisent pas de nous amuser avec eux, de nous découvrir avec eux et d’avoir une amitié avec eux, quelle qu'elle soit, donc...tu as le droit de te découvrir avec ce loup, d’accord San ? Je dirais même que c’est normal…” Elle fit une pause puis reprit, le ton un peu plus sérieux, en plongeant son regard dans celui grand et innocent de son frère.

_ “ Mais si ce que tu ressens pour lui dépasse l’amitié ou menace de dépasser ce stade, la seule chose que tu peux faire, c’est de ne pas te laisser aller. C’est pour ça que j’ai besoin que tu me dises ce que tu as ressenti quand il t’as dit qu’il voulait te faire sien.”

Le cadet sentit son cœur se serrer aux mots de sa soeur et il se mit à jouer avec les doigts de celle-ci, l’air anxieux.

_ “ J-je me sens bien avec lui...J’aime quand il me prend dans ses bras...J’aime l’idée que ce soit lui le premier avec qui je fais toute ces nouvelles choses, alors forcément quand il m’a dit ça...J'-j'ai senti mon coeur s’emballer, je me suis sentie heureux, grande soeur…”

San renifla légèrement et ses yeux se remplirent d’eau.

_ “ Je v-veux pas le voir comme un ami Aiko...L’idée qu’il soit juste un ami parmi tant d'autres me fait mal au coeur... J-je….” Le métamorphe fit une pause puis murmura faiblement, en laissant couler une larme le long de sa joue. “ Je veux qu’il me fasse sien…”

La jeune femme serra les dents pour retenir un juron, sentant son coeur se serrer un peu plus et n’y tenant plus, elle attira la panthère à elle et la prit dans ses bras, posant son front contre son épaule pour qu’elle ne voie pas la larme qui coulait lentement sur sa joue. Il est beaucoup trop jeune pour tout ça. Il n’a jamais connu l’amour et son cœur risque déjà de se faire briser, c’est injuste.

Tout ça est trop injuste, se dit la jeune femme en lui caressant doucement le dos, le berçant lentement, comme elle le faisait quand ils étaient petits. La vérité était qu’elle ne savait pas quoi faire. Elle voulait que son frère soit heureux, et elle voyait bien qu’il voulait le loup gris du plus profond de son être, cependant les interdits rendaient cette relation impossible et Aiko voulait lui éviter ce goût amer que laissait sur sa langue; devoir choisir la sécurité et la raison plutôt que l’amour et la passion. Elle murmura alors doucement, voulant savoir s’il pouvait encore faire marche arrière.

_ “ Ta panthère...est-ce qu’elle a parlé ?”

San se blottit dans les bras de sa sœur, s’accrochant ainsi à son haut et murmura, la voix brisée et le corps légèrement tremblant à cause de ses pleurs.

_ “ Ma panthère aussi le veut, la nuit dernière elle m’a hurlé de me soumettre à lui...Tout en moi me crie que c’est lui…Tout, grande soeur…”

Aiko réalisa brutalement ce qui était en train de se passer et cela lui fit l’effet d’une douche froide. Il est déjà trop tard…

Elle se mordit la lèvre pour ne pas pleurer davantage et sentit une colère monter en elle à l’idée que ce monde attendait d’elle qu’elle interdise à son frère, qui était encore un adolesçent, d’être heureux. Non, c’est hors de question se dit-elle en sentant son sang bouillonner. Elle prit alors le visage de son frère entre ses mains, ancrant son regard dans le sien l’air très sérieux.

_ “ Tu sais quoi ? Qu’ils aillent se faire voir, je ne vais pas t’interdire de voir ton premier amour, ou pire de tomber amoureux. Ta panthère a parlé et tu es encore jeune, je refuse de faire passer les règles avant ton bonheur. Donc, voilà ce que tu vas faire, tu vas continuer à voir Wooyoung, et si tu veux t’accoupler avec lui à la fête du printemps, tu le fais San.” Elle caressa sa joue puis reprit, faisant un choix qui arracha un gémissement de tristesse à sa féline.

_ “Je vais vous protéger. Mais on ne peut pas être deux à braver les interdits...Je suis la plus grande, ce n’est pas à moi que revient le droit de faire une bêtise, si on peut appeler ça comme ça.

Elle allait continuer mais San écarquilla les yeux et secoua la tête en essuyant ses larmes.

_ “ N-non, je sais que tu l’aimes, je ne te laisserai pas faire ça, je-”

La jeune femme sentit quelques chose s’envoler au fond d’elle en entendant son frère formuler ce qu’elle avait passer la nuit à refouler et serra la machoîre pour ne pas montrer de signes de faiblesse. Elle pressa donc la main de son frère en prenant son menton de l’autre.

_ “San. C’est moi la grande sœur ici, ce n’est pas à toi de me protéger. Alors promets-moi quelque chose. Cette bêtise, tu vas la faire pour nous deux, tu m'entends? Tu vas vivre ton amour au maximum avec Wooyoung et te laisser aller, laisser parler ta panthère, tout ce que tu veux, pour nous deux.” Le cadet lui lança un regard de reconnaissance et d’incompréhension à la fois, l’air blessé.

_ “Mais toi..

_ Ça va aller, j’irai bien. Je vais m’en remettre, si tu me promets de faire ce que je te dis. Donc ?” Dit-elle, le ton plus dur, gardant sa féline en laisse afin de la rendre muette, et San versa une autre larme puis acquiesça lentement, avant d’enfouir son visage dans le cou marqué de sa soeur en lui murmurant des remerciements entrecoupés de légers sanglots. La grande sœur lui dit que ce n’était rien, en caressant ses cheveux, et s’autorisa à pleurer en silence, les gémissements de sa féline ne l’aidant en rien. C’était la pire chose pour le peuple animal que de faire taire cette partie primale en eux et Aiko ne le ressentait à présent que trop bien. Mais elle devait faire cela pour son petit frère, car après tout, depuis la disparition de leurs parents, elle se l’était promis. Alors si elle devait faire un choix entre son bonheur à elle et celui de la petite panthère blottie contre elle, il n’y avait pas d’hésitation.

***

A dos de sa fidèle louve Fanä, Mihee était partie pour une nouvelle mission, cette fois-ci, une mensuelle. Elle salua les métamorphes passeurs qui s'occupaient de son bon passage à travers la clairière, puis pénétra dans le chemin couvert qui la mènerait hors de Feä, direction l’autre Royaume.

Vilicë, telle était la destination de l’elfe combattante en ce jour.

Tous les mois depuis la guerre, les émissaires du royaume de Feä, c'est-à-dire les elfes combattants comme notre Mihee, se rendaient à Vilicë pour faire un échange d’informations avec les émissaires du peuples médiateurs, autrement dit, les sorciers.

C’était une mission de la plus haute importance, car elle était nécessaire à la bonne entente entre les deux royaumes. Mihee avait mis de côté tous ses problèmes de cœur et sentiments personnels, afin d’être concentrée sur son voyage et sa mission. Ainsi, c’est l'esprit calme et pragmatique qu'elle arriva sur le pont en pierre de la Cité de la Nuit. Le territoire des sorciers s’étendait de la sortie du passage entre les deux royaumes au Mont Démoniaque, où commençait celui des démons. C’était un assez grand territoire, principalement occupé par la fameuse Cité des sorciers dans laquelle l’elfe combattante s’apprêtait à entrer. La ville était entièrement faite de pierres et de métaux magiques, et organisée en tours et passerelles, créant un passage entre les lieux de savoirs, de détente, d’apprentissage et tout simplement d’habitat. Le rendu final d’une telle architecture était assez époustouflant, et bien que la combattante avait l’habitude de s’y rendre, elle ne s'ennuyait jamais à parcourir le gigantesque édifice des yeux à chacune de ses visites.

A l’entrée du pont en pierre, en dessous duquel s’étendait le fleuve de Vilicë, les gardes sorciers vérifièrent l’identité de l’elfe, puis dégagèrent le passage et le familier de la jeune femme se mit en marche au milieu des calèches tirées par des éponas, grand étalons aux yeux de feu et aux sabots d’or. Bientôt, elle arriva aux magnifiques portes d’acier et or de la grande Cité. Les portes ne se fermaient pratiquement jamais, permettant un flot constant d'activités et de va-et-vient en dehors de la cité, reflétant bien le rôle de médiateurs attribué à ce peuple. Une fois l’arcade passée, l’elfe et sa louve prirent la route du trio de tours au coin nord-est de la ville où se tenait la réunion annuelle des émissaire. Partout autour d’elle, la jeune femme voyait des sorciers se déplacer en volant ou à dos de hiboux et chouettes géantes, des boutiques de pierres précieuses et métaux rares ensorcelés ou encore des petits commerces de grimoires et autres textes en langage démoniaque ancien. Puis, en face des trois tours vers lesquelles se dirigeait l’elfe, il y avait la bibliothèque des sorciers, la deuxième plus grande tour de la cité après celle de la reine elle-même. Il était connu que les sorciers, comme les elfes, avaient les rôles de détenteur du savoir à Vilicë et ainsi leur bibliothèque, que l’on pourrait qualifier de labyrinthique, contenait tous les sortilèges, malédictions, expériences et mythes que leur terre ait portés depuis la création d’Illurambar et le monde d’Hellë lui-même. Mihee s'était déjà rendue une fois dans cette tour du savoir, accompagnée de l’homme qu’elle s’apprêtait justement à voir.

Après avoir réussi à se frayer un chemin entre les enfants sorciers et leur magie instable, la jeune femme arriva enfin devant les trois tours. Elle sauta habilement de son familier et lui intima de l’attendre devant la tour, en la protégeant par précaution d’un bouclier d’air, puis pénétra dans l’édifice par la porte incrustée d’or et d’obsidienne. Elle salua les gardes et monta l’escalier en colimaçon de pierre volcanique, puis fit son apparition dans la grande salle de réunion circulaire aux vitraux enchantées où l'attendait déjà le sorcier.

L’elfe, une fois sur place, inclina sa tête en guise de bonjour au sorcier, qui fit de même. Ce grand sorcier aux cheveux blonds et aux lunettes rondes était l’émissaire officiel de la reine qui dirigeait la cité de la nuit. Son rôle était similaire à celui de l’elfe sauf que lui, il ne se battait pas. Sa culture et son intelligence étaient reconnues par tous les habitants de Vilicë mais aussi de Feä.

_ “ Bienvenue Mihee, je t’en prie, prends place.” Dit le sorcier poliment en désignant le siège en face de lui.

L’elfe remercia le sorcier et s’assit à la place désignée, puis lui tendit un parchemin.

_ “ C’est le compte des tentatives de passages clandestins qui sont survenus ce mois-ci. Le nombre de tentatives a doublé en l’espace d’un mois. C’est très inquiétant Namjoon.”

Le dit Namjoon prit le parchemin et fit remonter ses lunettes sur son nez en lisant les données inscrites sur le papier puis soupira légèrement.

_ “ Nous reviendrons sur ce sujet plus tard, ma chère. La reine m’a demandé de vous donner les plans pour la construction des établis qui serviront lors de la fête de l’eau.”

La fête de l’eau...C’est vrai que c’est bientôt. Pensa l’elfe en prenant les plans.

_ “ Je me chargerai moi-même de les remettre au roi des fées et nous respecterons ces plans à la lettre, et d’ailleurs, tant qu’on est sur ce sujet.” L’elfe sortit une fleur de sa poche et la tendit au sorcier avant de reprendre. “ Les nymphes ont fait la requête à la reine des elfes de vous apporter cette plante, selon elles, cette fleur aurait des propriétés spécifiques qui vous aiderait à la préparation de l’eau varya.”

Le sorcier récupéra la fleur en remerciant l’elfe, la posa sur un coin de la table, puis enchaîna sur un autre sujet.

_ “ Le roi des démons aimerait connaître les dispositions qu’a prises la reine pour les nouveaux diplômés, ceux de l’année dernière et ceux qui le seront cette année.

_ Compte tenu du climat de paix dans lequel nous vivons, la reine a jugé bon de laisser les nouveaux combattants diplômés s’occuper exclusivement de la chasse et de leur entraînement. Cela permet aussi au peuple elfique de se détendre un peu. Comme tu le sais, depuis la guerre, notre rôle de gardiens de la paix a privé les anciennes générations et même la nôtre d’une partie de leur liberté, c’est pourquoi notre souveraine souhaite laisser la nouvelle génération loin de tout cela.”

Le sorcier acquiesça aux mots de l’elfe puis retira ses lunettes et les posa sur la table avant de poser ses coudes sur celle-ci et croiser ses mains entre elles.

_ “ Cette décision est honorable, mais je crains qu’elle ne soit pas la meilleure. Il y a quelque chose que tu dois savoir Mihee, et je t’en parle uniquement car j’estime que c’est nécessaire. Les souverains de Vilicë n’ont pas encore données d’avis sur ce que je m'apprête à te dire, et par conséquent et ce dès maintenant...” Le sorcier claqua des doigts, faisant naître une barrière de son pour empêcher les oreilles curieuses d’entendre la suite de la discussion sous le regard perdu de l’elfe qui n’avait aucune idée de ce que le sorcier avait de si important à lui dire. “... La discussion devient officieuse.”

 

***

C’est la bonne chose à faire, la seule et la meilleure, essaya de se convaincre la métamorphe en toquant contre la hutte de sa chef de clan, se préparant à ce qui allait sans doute être une discussion très mouvementée, et difficile. La voix de la renarde ne tarda pas à se faire entendre et la jeune femme pénétra dans la hutte en prenant une grande insiration. On y était.

La féline salua sa chef de clan, puis s’assis sur le tapis quand celle-ci l’invita à le faire et lui lança un regard sérieux qui fit perdre son sourire à la renarde. Celle-ci prit place en face de la plus jeune, l’air de s’attendre au pire et Aiko passa sa main dans ses cheveux, avant de prendre son courage à deux mains et de se lancer.

_ “Tu avais raison. C’est pas juste sexuel avec Jungkook, c’est beaucoup plus que ça...J-j’ai failli me faire avoir.” Lâcha-t-elle d’un coup et les yeux de la renarde s’assombrirent.

_ “ Aiko…

_ Je sais, d’accord ? Je n’ai pas besoin que tu me rappelles les interdits et tout ce qui va avec, j’en suis très consciente, tu t’en es bien assurée” la coupa-t-elle d’une voix amère avant de reprendre, ne remarquant pas de suite l’air blessé de la renarde.

_ “ Je suis venu te le dire parce que tu m'as vue hier, certes, mais surtout parce qu’on avait un accord...Si je me rendais compte avec ma féline qu’on le voulait en tant que mâle, je devais te le dire et arrêter de le voir, donc me voilà.”

Wheein acquiesça lentement en silence et Aiko se força à respirer lentement de nouveau afin de ne pas pleurer comme plus tôt. Affirmer à voix haute ce qu’elle pensait rendait ses sentiments pour le loup beaucoup trop réels. Mais ça rendait aussi la douleur que cette situation lui infligeait bien trop intense. Elle se mordit la lèvre puis risqua un coup d'œil à la renarde qui la dévisageait. Puis, le regard de celle-ci se fit plus doux et elle prit la parole d’une voix moins assurée.

_ “Je suis sincèrement désolé Aiko...je ne me rendais pas compte de l’intensité de ce que tu ressens pour lui. Je n’imagine pas comment tu dois te sentir.” Comment je me sens...la jeune femme déglutit et dirigea ses pensées vers son frère. Si elle voulait survivre à cet éloignement et oublier le loup, c’était pour son frère, San allait être la seule motivation valant le coup. Elle faisait ça pour lui, et pour honorer sa promesse à la chef de clan. Sur cette pensée, la métamorphe plissa les yeux et reporta son attention sur sa chef de clan, puis lâcha amèrement.

_ “Est-ce que tu l’es vraiment ? Enfin je veux dire, depuis que tu l’as rencontré, tu le déteste, c’est presque comme si c'était ton ennemi juré, alors que vous n’avez jamais échangé plus de trois mots”. La renarde secoua la tête et soupira.

_ “ Je ne le déteste pas Aiko. Bien que je n’apprécie pas sa désinvolture face aux interdits, ce que je déteste, c’est qu’il soit un loup et que donc tu ne puisses pas être avec lui, ce qui te fait du mal. C’est ça, que je déteste, moi.

_ Vraiment ? Parce que j’ai l’impression que depuis le début, tu lui en veux, et j’ai du mal à comprendre, en dehors de tout ce qui est interdit.” Répondit la féline, le cœur battant. À cela, les yeux de la renarde se mirent à luire d’un orangé ardent et elle haussa le ton.

_ “Bien sûr, que je lui en veux ! Je lui en veux de ne pas avoir lâché l’affaire et de te faire souffrir à l’heure actuelle.” Lâcha-t-elle avant de reprendre, un air indéchiffrable sur le visage. Pourtant, elle n’avait pas l’air en colère et la jeune femme se calma légèrement en constatant cela.

_ “Mais, je m’en veux à moi aussi. Parce que si je ne t’avais pas protégée comme je l’ai fait, peut être que tu ne serais pas attirée par tout ce qu’il y a en dehors de la clairière, peut être que tu aurais pris le temps de regarder tes options ici…” Finit-elle dans un soupir et Aiko sentit sa gorge se serrer. Les choses auraient été tellement plus facile si elle avait aimé quelqu’un de son clan...peut être que c’était ce qu’elle devrait faire à partir de maintenant. Regarder ses options ici. Elle secoua la tête, sentant sa colère disparaître.

_ “ Je sais que c’est compliqué pour toi d’être chef de clan et d’avoir dû nous élever San et moi, je ne t’en veux pas vraiment pour ça et tu ne devrais pas non plus, je sais que tu fais de ton mieux” dit-elle en souriant légèrement et la renarde soupira, puis son regard se fit triste de nouveau et elle dit, d’une voix peu assurée.

_ “ Il n’y a vraiment personne qui te plaît chez nous ? Tu ne t’es jamais demandé si tu voulais prendre l’un de nous comme partenaire ?”

L’un de nous. Aiko releva lentement ses yeux dans ceux de la renarde et sa gorge se serra de nouveau. Elle ferma les yeux un instant, puis détourna le regard en reconnaissant la lueur que la renarde avait dans le sien.

_ “ Si je n’ai jamais voulu TE prendre comme partenaire, tu veux dire.”

Le silence qui suivit sa question confirma les doutes qu’Aiko avaient depuis quelques temps, mais refusait d’affronter. C’était logique, quand on y pensait, mais elle n’avait jamais voulu se l’avouer. La renarde déglutit alors, puis sa voix retentit, plus assurée qu’avant, mais Aiko savait que ce n’était qu’une façade.

_ “ Je commençais à croire que tu n’allais jamais t’en rendre compte...Mais ça ne répond pas à ma question…Je sais juste que tu ne sais pas si je suis ta famille ou ton amie.”

Aiko se mordit la lèvre de nouveau puis se résolut à affronter le regard de sa chef de clan, amie et elle ne savait plus trop quoi. Elle réfléchit un instant puis secoua doucement la tête.

_ “ Avant Jungkook, je ne pensais pas à ce genre de choses. Le sentimental, je veux dire. Donc...non j-je t’ai jamais vu comme ça Wheein, je suis désolée…”

La renarde pinça les lèvres puis rit dans un soupir et fit un geste de la main.

_ “ C’est bon, ne t’excuse pas, je me doutais que tu n’y avais jamais pensé. C’est juste que...pour moi ça a toujours été évident que si je devais prendre une partenaire, ce serait toi.” Elle se mordit la lèvre de nouveau et Aiko sentit son cœur rater un battement en entendant cela. Tout ce temps, la femme en face d’elle l’avait attendue et elle, qu’est-ce qu’elle avait fait ? Elle était partie chez les loups et avait laissé son cœur battre pour l’un d’eux. Un mâle qui plus est. Elle grogna de frustration, face à cette situation qui se complexifiait de plus en plus, puis jeta un coup d'œil à la renarde.

Pour la première fois depuis qu’elle la connaissait, elle essaya de la regarder non pas comme celle qui l’avait élevé, son amie ou encore sa chef de clan, mais une simple métamorphe, une femme de la clairière. Ce serait mentir que de dire que la renarde n’était pas belle ou attirante. D’ailleurs, Aiko n’avais jamais compris pourquoi la jeune femme n’avait pas de partenaire, ou amants. Maintenant, elle savait pourquoi.
Elle passa ses mains sur ses bras, puis dit en ricanant légèrement, l’air beaucoup plus vulnérable.

_ “Tu sais, je pense que je le savais depuis un moment. C’est juste que, depuis qu’on se connaît, je ne t’ai jamais vu comme ça. Mais tu as raison, si on réfléchit, c’est presque logique pour nous deux, d’ailleurs je commence à me dire que les aînées du clan et..et tout le monde en fait, pensent qu’on…

_ Je crois aussi oui” termina la renarde pour elle en souriant légèrement. Elle regarda la jeune femme un moment puis dit, l’air plus confiante.

_ “ Ecoute Aiko, je suis pas ton loup, et je sais que tu ne ressens pas pour moi ce que tu ressens pour lui. Mais si le fait que tu ne t’es jamais intéressée à moi vient d’une question de vision de moi...c’est modifiable. Je peux essayer de te faire voir en moi une femme, au lieu de tous les titres que tu me donnes.”

Aiko pinça les lèvres puis se mit à réfléchir. Si elle voulait oublier Jungkook, il fallait qu’elle trouve quelqu'un qui le lui fasse oublier, or Wheein était certainement la mieux placée pour cela. La jeune femme ne savait pas vraiment à quoi elle s’apprêtait à dire oui, mais si elle pouvait maintenir éloigné son esprit du loup, alors il fallait tenter le coup. Elle sourit maladroitement puis hocha la tête.

_ “Je ne te promets rien, peut-être que rien ne changera pour moi, mais j’ai besoin de l’oublier alors...je peux essayer.”

La renarde lui fit alors un grand sourire et acquiesça à son tour, puis prit la main de la jeune femme et déposa un léger baiser sur son dos.

_ “ Retrouve moi demain matin près de l’endroit où on prend nos repas, on mangera ensemble et puis je t'emmènerai quelque part.” Dit-elle avant de se lever, suivie de la féline qui était un peu perturbée par tous ses aveux, puis, elle lui ébouriffa légèrement les cheveux avant de la raccompagner à l’entrée. Là, les deux jeunes femmes se regardèrent un moment, puis Aiko la salua de la main avant de rentrer retrouver son frère.

***

_ “Explique-toi Namjoon, qu’est-ce qui ce passe?

_ Tu es déjà au courant mais il y a plusieurs mois déjà, un démon a passé la frontière illégalement pour aller retrouver une fée. Et cette histoire est ressortie récemment."

Ce foutu démon...

_ “Si l’affaire ne s’était pas ébruité jusque-là c’est parce que le roi des démons maintenait en laisse Taehyung, c’est une façon de parler bien sûr, mais ce que je veux dire, c’est qu’il y a un mois, le roi a relâché son contrôle sur le démon et par conséquent, celui-ci a fait des siennes.

_ Si je comprends bien, il a raconté ce qui s’était passé à tout le monde?

_ Exactement. Mais là n’est pas le problème.

Le sorcier expira un bon coup et lança un regard inquiétant à l’elfe qui appréhendait la suite, même si elle se doutait déjà de ce qu’allait dire l’émissaire.

_ “ Ce qui est inquiétant Mihee, c’est que durant ce mois, j’ai entendu des rumeurs courir. Et ces rumeurs ont pour principaux sujets les interdits.”

L’ambiance fut soudain plus lourde et l’elfe se tendit immédiatement. Les interdits étaient devenus des sources de conflits de plus en plus inquiétants, et même s'il y avait toujours eu des personnes contre leur existence, les souverains avaient toujours réussi à garder le contrôle. Ce qui ne semble plus être le cas.

_ “ Namjoon, serais-tu en train d’insinuer que les habitants de Vilicë demandent un changement?

_ “ Malhereusement Mihee, je ne l’insinue pas, je l’affirme.”

Cette information était cruciale et elle pourrait même pousser la reine des elfes à revoir sa décision concernant les nouveaux diplômés, cependant la combattante n’avait nullement l’intention de faire part de tout cela à sa reine.

_ “ Je dois t’avouer qu’à Feä aussi, certains commencent à assumer le fait d’être pour le changement, même si cela reste très minime. Le peuple animal, en particulier les loups, semble de plus en plus hostile aux interdits concernant les races d’un même royaume.” L’elfe fit une pause puis passa la main dans ses cheveux, l’air soucieuse avant de reprendre. “ Tu te doutes bien que ce que je te dis là n’est pas une déclaration officielle, seulement un constat.”

Les deux jeunes au rôle sociétal très important se lancèrent un regard et ils comprirent tout deux : La nouvelle génération voulait faire bouger les choses.

_ “ Que propose tu Mihee? De nous deux, tu es la plus qualifiée pour décider d’une stratégie qui pourrait nous éviter le combat, ou nous y préparer.”

En entendant la fin de la phrase du sorcier, l’elfe comprit que lui aussi était pour le changement mais que ses fonctions ne lui autorisaient pas un tel affront.

_ “ Je pense que pour l’instant nous ne devons mettre personne au courant. Je vais être clair, Namjoon, je suis moi même de plus en plus perdue quant au bon fondement des interdits, mais cela ne change rien au fait que je ne souhaite pas revivre ou faire revivre une guerre à qui que ce soit. Donc pour l’instant, nous allons tenter une approche pacifiste. Essaye de sonder ta reine sur les interdits, je m’occuperai de faire de même et surtout assure-toi de faire taire cette rumeur pour l'instant.”

Le cerveau de la combattante tournait à plein régime et elle essayait de trouver une solution temporaire qui leur permettrait de gagner du temps pour pouvoir ensuite être en mesure de prendre une décision dont ils n'auraient aucun regret.

_ “ Je compte sur toi pour essayer d’apaiser les esprits, au moins le temps que je puisse récolter plus d’information à Feä, j’irai sonder les plus petites meutes et les métamorphes.

_ Les meutes autre que celle de Moonbyul, tu veux dire?

_ Tout à fait. Je m’occuperai également de connaître l’avis des nymphes, fées et elfes, mais nous n'avons pas assez de données pour pouvoir nous avancer sur quoi que ce soit. Il serait trop risqué d’agir sans avoir évalué toutes les possibilités.”

Le sorcier acquiesça et tendit une plume ensorcelée à l’elfe.

_ “ Tu pourras écrire tes observations avec cette plume et je serai en mesure de les lire depuis la Cité de la nuit, dans ce grimoire.” Dit le jeune homme en posant sa main sur un grimoire imposant.

_ “ Bien, je tâcherai d’être la plus claire et concise dans mes rapports. Sur ce, je crois que nous en avons fini pour ce mois-ci.”

Mihee se leva et s'apprêtait à tourner le dos au sorcier quand celui-ci lança.

_ “ Tu es éprise d’une fée, n’est-ce pas?”

L’elfe sentit tout son corps se tendre et ses yeux se mirent à luire. Mihee avait oublié quelque chose; les sorciers sont réputés pour leur clairvoyance.

_ “ Je t’avais pourtant déjà dit de ne pas utiliser cette capacité sur moi.

_ Mes excuses…” Le sorcier se leva à son tour et fit un petit sourire maladroit à l’elfe. “Mais ta marque a migré vers ta bouche quand tu as parlé des fées. Je n’ai pas su résister à ma curiosité...Simplement, une question me vient à l’esprit…”

L’elfe regarda le sorcier en fronçant les sourcils et lui fit comprendre silencieusement que celui-ci pouvait poser sa question.

_ “ Si ce que nous croyons est fondé et que plusieurs personnes souhaitent bel et bien le changement, tu devrais te réjouir… Alors pourquoi as tu un air si sévère sur le visage.”

Mihee resta silencieuse quelques instants puis elle fit tourner la plume entre ses doigts, l’air préoccupé.

_ “ Parce que si comme tu le dis, des gens souhaitent le changement, cela veut dire qu’une rébellion se prépare, et nous savons tous les deux que ma reine ne cédera jamais sur les interdits et que par conséquent le seul moyen de la soumettre, c’est…”

L’elfe ne fut pas capable de terminer sa phrase et le sorcier s’en chargea alors pour elle.

_ “ C’est de l’abattre.”

Le coeur de la jeune femme rata un battement aux mots du sorcier et elle acquiesça sans prononcer un mot, puis expira lourdement.

_ “ D’autant plus que, pour l’instant, tous les souverains de Feä sont fidèles à la reine des elfes, je ne suis pas certaine qu’ils soient prêts à la contredire, sachant que toute la puissance militaire de Feä est sous sa responsabilité. C’est pour cela que nous devons être précautionneux, si nous n’avons l’appui d’aucun des souverains, la bataille est déjà perdue. Alors non, je ne peux pas me réjouir de la situation.”

La marque de l’elfe s’étendit sur tout son corps et elle fit luire ses yeux d’un violet pur, avant de dire une main sur la poignée de son épée élémentaire :

_ “ Je ne peux me réjouir, car de notre choix, de nos vies, dépendent des milliers d’autres.”